Tout faire pour éviter le cycle  : Violence/Répression.

L’association Per a pace est solidaire de la famille d’Yvan Colonna et condamne la brutale agression dont il a été victime à la prison d’Arles. Il est impératif pour la dignité et la justice que toute la lumière soit faite et que les responsabilités soient établies.

Cette agression ne se serait pas produite si l’Etat avait respecté le droit et assumé le principe du rapprochement des prisonniers en Corse. 

Cette mesure au delà de s’appuyer sur la possibilité donnée par des textes réglementaires  est aussi, une mesure d’humanité et de respect des familles. Toute la Corse ou presque la réclame. 

Il est évident que dans cette situation, la responsabilité de l’Etat dans le drame qui s’est produit à la prison d’Arles est posée. Les pouvoirs publics n’ont pas été capables d’assurer la sécurité d’Yvan Colonna en prison. 

Aujourd’hui, une fois de plus la Corse se trouve être l’otage d’une décision autoritaire et provocatrice du gouvernement et de son Président.

Une fois de plus nous sommes les otages d’une situation tendue et dangereuse. L’arrivée en Corse ces derniers jours de centaines de gendarmes n’est pas faite pour atténuer la situation. Nous assistons à une escalade, comme si l’affrontement était souhaité et qu’il puisse ainsi reléguer au second plan, les questions sociales, les questions de mal vivre, de chômage et de misère qui touchent un(e) citoyen(e) sur quatre dans l’île. 

Ce drame ne doit pas en provoquer d’autres. Il faut tout faire pour éviter le cycle malsain de la violence et de la répression. Per a Pace dénonce cet engrenage insupportable et demande notamment à la jeunesse de ne pas tomber dans la provocation de la violence. 

                                                                                                          Ajaccio le 9 mars 2022

Vous aimez, Partagez !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin