De Corse, avec l’association Per á Pace, nous sommes  très impliqués dans le réseau international, “Justice pour Sankara, Justice pour l’Afrique”. C’est Bruno Jaffré, biographe de Thomas Sankara et auteur de plusieurs ouvrages sur la vie et l’engagement de ce dirigeant d’exception au Burkina Faso, qui se trouve être le principal animateur de ce réseau.
Avec Bruno qui a déjà participé à plusieurs initiatives en Corse avec Per à Pace, nous avions écrit, en son temps, à Claude Bartolone alors président de l’Assemblée Nationale, pour que la France ouvre ses archives afin d’aider à la connaissance de la vérité sur l’assassinat de Sankara, Président du Burkina, le 15 octobre 1987 à Ouagadougou. 
Lors de son dernier déplacement au Burkina, le président de la République, Emmanuel Macron,  a  promis que tous les documents français concernant cette affaire seraient “déclassifiés”. Certains documents l’ont été mais la justice burkinabé est toujours en attente d’un troisième lot. 
 
Communiqué de presse : Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traîne en France…
19 octobre par Justice pour Thomas Sankara
 
 
 
Ce 15 octobre 2020, jour du 33e anniversaire de l’assassinat du Président Sankara, nous apprenons avec satisfaction que le juge d’Instruction en charge du dossier au Burkina a rendu son ordonnance de renvoi devant la Chambre de contrôle du Tribunal militaire de Ouagadougou. Cela signifie que le dossier est désormais en passe d’être transmis à la justice en vue de préparer le procès qui devrait se tenir courant 2021…
Plus d’une dizaine de personnes, dont Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré, vont être jugées selon les cas, d’attentat à la sûreté de l’État, de complicité d’attentat à la sûreté de l’ État, d’assassinat et de complicité d’assassinat, de recel de cadavre, de faux en écriture publique et de subordination de témoins (voir).
Au détour d’une question d’un journaliste de RFI , nos apprenons aussi, (voir) qu’à ce jour la France n’aurait toujours pas livré le 3e lot d’archives promis par la France et que « les parties civiles sont déçues ».
Le 28 novembre 2017, lors de son voyage au Burkina, il y a déjà donc 3 ans, le Président Emmanuel Macron avait promis devant un parterre d’étudiants en ces termes : « J’ai pris la décision que tous les documents produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat, … couvertes par le secret national soient déclassifiés et consultés en réponse aux demandes de la justice burkinabè ».
Ainsi, alors qu’à l’approche du 15 octobre différentes voix se sont élevées au Burkina pour se plaindre de la lenteur de la justice, il apparaît que les retards dans l’ouverture du procès proviendraient donc de la lenteur de la France.
Notre réseau s’élève vigoureusement contre ces retards. Nous exigeons du gouvernement français qu’il envoie sans tarder ce 3e lot. Nous prenons d’ores et déjà nos dispositions pour que certains députés interpellent le gouvernement afin que celui-ci s’explique sur ce retard et nous exigeons qu’il prenne ses dispositions pour que le troisième lot parvienne rapidement au Burkina Faso.
Nous nous inquiétons à l’idée que le procès se tienne sans la présence de Blaise Compaoré. En conséquence, nous appelons les forces démocratiques de Côte d’Ivoire à exiger de leur gouvernement l’extradition effective de Blaise Compaoré.
 
Fait à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Banfora, Dakar, Niamey, Bamako, Barcelone, Turin, Ottawa, Toronto, Bruxelles, Liège, Paris, Bagnolet, Ajaccio, Marseille, Nîmes, Montpellier, Toulouse.
 
Le réseau international Justice pour Sankara justice pour l’Afrique.
Contact : contactjusticepoursankara chez gmail.com
 
 
 
 
Vous aimez, Partagez !Print this page
Print
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin